Africa-EU
Energy Partnership

Catégorie : Facilitation des connaissances

Facilitation des connaissances
La Nelson Mandela School of Public Governance de l'Université de Cape Town a organisé un webinaire sur "" La zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) et les opportunités pour les énergies renouvelables et la transformation industrielle - Série 2". Chef du secrétariat du PAEE, Johan van den Berg , espère que l'AfCFTA permettra à l'Afrique d'avoir pleinement accès à l'énergie, à l'industrialisation, au libre-échange et à la stabilité climatique.

Pour en savoir plus

Facilitation des connaissances Vitrine de l’action conjointe
Dans une série d'articles en trois articles pour le portail africain de l'énergie (AEP), Johan van den Berg, chef du secrétariat du Partenariat Afrique-UE pour l'énergie (AEEP), examine le paysage international de l'énergie et du climat, et comment la stratégie de passerelle mondiale de l'UE peut renforcer la collaboration énergétique Afrique-Europe.

Pour en savoir plus

Facilitation des connaissances
Les participants d’une formation en ligne de trois semaines hébergée par le Centre de la SADC pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (SACREEE) et soutenue par le Partenariat Afrique-UE pour l'énergie (PAEE), IRENA et la GIZ se sont notamment formés aux normes de l’industrie, aux possibilités de développement de leurs entreprises et aux opportunités de réseautage.

Pour en savoir plus

Facilitation des connaissances Vitrine de l’action conjointe

Pour résoudre les défis auxquels le paysage énergétique en évolution rapide de l’Afrique du Sud est confronté, l’École de régulation de Florence, en collaboration avec la DG ENER, organise une série d’ateliers pour le régulateur sud-africain de l’énergie NERSA. Les quatre sessions de la série portent sur des thèmes tels que la tarification, la transition énergétique, la libéralisation du marché et les technologies émergentes. 

Le 31 mai 2022, le chef du secrétariat du Partenariat Afrique-UE pour l’énergie, Johan van den Berg, a exposé les grandes lignes de la transition énergétique et de l’approche conjointe entre l’UE et l’Afrique du Sud à l’occasion de la troisième session de la série d’ateliers sur la régulation organisée par l’Union européenne et l’Afrique du Sud.

Le paysage énergétique de l’Afrique du Sud évolue rapidement. Eskom, la compagnie publique d’électricité du pays, possède des centrales vieillissantes de moins en moins fiables, qui vont devoir être démantelées et remplacées par différentes ressources énergétiques. En outre, le ministère sud-africain des Ressources minérales et de l’Énergie a annoncé qu’il envisageait d’intégrer le gaz à la planification de la transition énergétique. Ces différents éléments auront un impact négatif sur les ventes et les finances d’Eskom, comme cela a déjà été le cas de plusieurs compagnies d’électricité européennes telles que RWE AG, un des plus grands fournisseurs d’électricité allemands. L’atelier a examiné le rôle que les régulateurs peuvent jouer pour soutenir la transition énergétique tout en garantissant la pérennité de la compagnie d’électricité.

Au cours de cette intervention, M. van den Berg a passé en revue la feuille de route mondiale du changement climatique, depuis la création de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) jusqu’à la future Conférence des Parties (COP27) qui aura lieu en Égypte. Il a ensuite évoqué les actions menées en Afrique qui jouent un rôle clé dans la transition énergétique du continent, notamment le couplage des secteurs, le travail de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI) et le paquet d’investissement « Global Gateway » Afrique-Europe, qui a été un élément clé des récents Entretiens relatifs à l’énergie du PAEE – AEEP Energy Talks. M. Van den Berg a également parlé des pools énergétiques de l’Afrique et du rôle que le marché unique africain de l’électricité (AfSEM) jouera pour les relier les uns aux autres via le plan directeur du réseau électrique continental. Il a particulièrement insisté sur les besoins de régulation que générera la mise en œuvre de ces initiatives, d’où l’importance de l’École africaine de régulation qui servira de centre d’excellence panafricain sur la régulation de l’énergie.

L’École africaine de régulation est soutenue par l’École de régulation de Florence

L’École de régulation de Florence est un centre d’excellence qui favorise les discussions indépendantes et les échanges de connaissances dans le but d’améliorer la qualité de la réglementation et des politiques européennes. Le PAEE appuie actuellement le rôle joué par l’École de régulation de Florence dans le développement de l’École africaine de régulation sous l’égide du professeur Ignacio Pérez-Arriaga. Le rôle de l’École de régulation de Florence consiste notamment à partager ses connaissances et son expertise d’école spécialisée dans la régulation de l’énergie et à fournir une assistance logistique et de coordination pendant les phases de création et de lancement.

Facilitation des connaissances
Le cours en ligne sur "Conception et développement de projets d'énergie renouvelable" a commencé le 10 mai. Le cours de trois semaines est organisé par le Centre de la SADC pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (SACREEE) et soutenu par le Partenariat Afrique-UE pour l'énergie (PAEE). Le cours vise à transmettre des connaissances et des compétences techniques aux participants sur la planification, la conception, le développement / la mise en œuvre et l'installation de projets d'énergie renouvelable.

Pour en savoir plus

Le PAEE repose sur son Groupe de pilotage: